17ième Festival Annuel : Le cinéma des studios



DU VENDREDI 22 FÉVRIER AU VENDREDI 01 MARS 2019

Cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice

• Chaque film est précédé d’une présentation et suivi d’une discussion avec le public.

• Tous les films sont en version originale sous-titrée.

• Présentation des films et animation des débats: Josiane Scoleri, Philippe Serve, Martin De Kerimel, Vincent Jourdan, Guillaume Levil et Bruno Precioso.

• Programmation : Cinéma Sans Frontières.

2019, c’est l’année du cinéma à Nice et les 100 ans des Studios de la Victorine. L ‘occasion pour CSF de faire un tour du monde des grands studios qui ont marqué l’histoire du cinéma.

À tout seigneur, tout honneur, séance d’ouverture consacrée à La Baie des Anges de Jacques Demy, tourné à la Victorine avec une Jeanne Moreau éblouissante le Vendredi 22 à 20h30

Samedi 23 à 20h30 Ouarzazate au Maroc : Terre de cinéma avant même la création des Studios de l’Atlas grâce à des décors naturels somptueux et une architecture unique. Pier Paolo Pasolini saura capter toute la force dramatique des lieux dans sa version toute personnelle d’Oedipe -Roi.

Dimanche 24 à 17h Bollywood ne pouvait manquer à l’appel. Encore et toujours les plus grands studios du monde Bhumika ( le rôle ) un film rare de Shyam Benegal, auteur des années 70 injustement oublié aujourd’hui, qui rend hommage à l’âge d’or du cinéma hindi des années 50 en s’emparant de l’autobiographie d’une star de l’époque.

Lundi 25 à 20h30 Cinecitta et le mythique Studio 5 où Fellini tourna tous ses films. 8 1/2 : Sans doute le film le plus emblématique du maestro où Mastroiani est véritablement son double.

Mardi 26 à 20h30 Les studios Toho qui ont produit tous les grands noms de la cinématographie japonaise. Nous avons choisi de présenter Nuages Epars, le dernier film de Mikio Naruse, éternellement redécouvert alors que c’est l’un des très, très grands.

Mercredi 27 à 20h30 Attention pépite rarissime La momie  chef d’oeuvre unique de Shadi Abdessalam tourné aux studios Misr du Caire en 1969, aux antipodes des mélos chantants avec happy end obligatoire qui ont fait la gloire du cinéma égyptien dans tout le monde arabe.

Jeudi 28 à 20h30 En avant-première nationale pour sa version restaurée L’arche russe de Sokurov. Prouesse du plan séquence unique à l’intérieur du Musée de l’Ermitage pour dérouler l’histoire de la Russie. Le film est l’héritier des grands studios Mosfilms/Lenfilms.

Vendredi 1er mars Hollywood et un maître de la comédie à la fois légère et profonde qui signe toute une époque. Nous reviendrons à Nice avec La huitième femme de Barbe-Bleue de Ernest Lubitsch.

BON FESTIVAL

Partager sur :