Aquarius



Vendredi 04 novembre 2016 à 20h30

Cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice 

Film de Kleber Mendoça Filho – Brésil – 2016 – 2h25

Clara, la soixantaine, ancienne critique musicale, est née dans un milieu bourgeois de Recife, au Brésil. Elle vit dans un immeuble singulier, l’Aquarius construit dans les années 40, sur la très huppée Avenida Boa Viagem qui longe l’océan. Un important promoteur a racheté tous les appartements mais elle, se refuse à vendre le sien. Elle va rentrer en guerre froide avec la société immobilière qui la harcèle. Très perturbée par cette tension, elle repense à sa vie, son passé, ceux qu’elle aime.

notre article

par Josiane Scoleri

Aquarius, le deuxième film du jeune réalisateur brésilien, Kleber Mendoça Filho, est un film extrêmement ambitieux. Il se propose de nous brosser un tableau de l’ensemble de la société brésilienne contemporaine à travers un portrait de femme. Une femme d’une soixantaine d’années qui a l’habitude de se battre : elle a vaincu le cancer et surmonté les préjugés de race et de classe qui pèsent sur la société brésilienne ( cf la scène d’ouverture avec la réunion familiale emblématique ) et elle se retrouve seule dans son immeuble déserté, mais droite. La posture de Sonia Braga à travers tout le film, est celle d’une figure de proue qui fend les flots à l’avant du navire. Elle constitue à elle toute seule une déclaration d’indépendance. Sa vie, elle la doit à une discipline qui la tient debout ( son bain quotidien sur la plage en toute saison) et une volonté qui la porte en toutes circonstances. Toute la construction du film repose sur une alternance entre les scènes où nous sommes pratiquement en tête à tête avec Clara et celles où elle est confronté à d’autres personnes de son entourage plus ou moins proche. ( famille, amis, connaissances, relations de voisinage, rencontres ponctuelles, etc…).

C’est ainsi que l’architecture du film prend forme peu à peu avec toujours en tête ce double objectif : retracer le chemin de vie personnel de Clara au plus près de son vécu, de ses sentiments et de ses convictions et d’un même souffle composer le puzzle le plus large possible du Brésil d’aujourd’hui, en plein chambardement politique, économique, social, et culturel. La réussite du film tient en grande partie aux correspondances, plus ou moins évidentes, plus ou moins souterraines qui l’on peut tisser entre tous les événements de la vie de Clara et l’histoire du Brésil ( y compris l’Histoire avec un grand H). Pour revenir par exemple sur la scène d’ouverture, qui se passe certainement dans les années 80, on peut très facilement y voir les espoirs en la démocratie ( la musique dans la voiture, les relations entre les ados qui représentent l’avenir) après les années de dictature ( le cancer contre lequel se bat Clara) et les tentatives de résistance qu’elle soit politique ( le marie de Clara) ou personnelle ( cf le récit féministe de la tante Lucie). C’est une lecture possible et très certainement voulue par le réalisateur, mais ce qui fait la véritable puissance du film, c’est que les événements personnels, grands ou petits de la vie des personnages, ne peuvent se réduire à une simple illustration de ce qui serait un plus noble propos. Ils ont leur cohérence et leur force propre, et surtout une charge émotionnelle qui ne se faiblit jamais. Tous les personnages secondaires existent vraiment et chaque scène qui leur est consacrée leur donne une épaisseur et ajoute du sens à l’entreprise. Pour n’en citer qu’un, on peut évoquer le personnage de Ladjane, la fidèle servante qui est là comme dans un roman du XIXième siècle, effacée, mais toujours présente. Les liens entre elle et Clara sont forts, mais restent fatalement des rapports de classe et en même temps, nous sommes transportés à un moment donné dans son monde, celui des pauvres, avec la mort tragique de son fils. Ladjane change de stature et cette profondeur reste avec nous pendant tout le reste du film. Mais on pourrait tout aussi bien citer le maître-nageur, les amies de Clara avec qui elle sort « entre filles », tous ses enfants et petits-enfants. Chacun apporte sa pierre à l’édifice.

Mais bien sûr, la grande affaire d’ Aquarius (du nom de l’immeuble qui est un personnage à part entière du film), c’est la résistance. La résistance, c’est une vraie question qui traverse les sociétés humaines, et pas seulement dans les moments qui font partie des livres d’Histoire de par leur dimension dramatique, voire tragique. Sous nos yeux vont se dérouler de multiples épisodes des mille façons de s’opposer en mobilisant toutes les ressources en son pouvoir où en général chacun peut se rendre compte qu’il n’est pas si petit, si impuissant qu’il paraissait de prime abord, et surtout qu’il n’est pas si seul. Kleber Mendoça Filho se révèle dans cette affaire un maître du suspens où nous ne demandons sans cesse jusqu’où l’une et l’autre partie vont pouvoir aller. Clara commence par ignorer superbement son adversaire ( elle déchire les courriers, fait repeindre la façade), elle s’installe ensuite dans son refus par une résistance passive.. Mais il apparaît très vite que les affreux en face d’elle ne sont pas du genre à s’encombrer de scrupules et que Clara va devoir se chercher des alliés.

L’histoire d’ Aquarius c’est à la fois David contre Goliath et « l’union fait la force ». Les alliés les plus efficaces n’étant pas nécessairement ceux que l’on attendait. Cette conjonction des forces autour de Clara permet au réalisateur d’élargir sa peinture sociale bien au-delà du cercle de départ, avec notamment l’intervention brève mais déterminante des ouvriers qui jusqu’ici n’avaient fait que de brèves apparitions ici ou là. Mendoça Filho applique la même méthode au clan d’en face, ce qui lui permet au passage de jeter une lumière crue sur ceux qui ont parfaitement assimilé les nouvelles règles du jeu néo-libéral mondialisé, toutes générations confondues. Apparaissent ainsi en toile de fond non seulement la spéculation effrénée, mais aussi la corruption, la drogue, les magouilles en tous genres. Et même si ces questions graves  sont à peine effleurées, elles sont posées frontalement et Mendoça Kleber fait preuve de beaucoup d’habileté pour intégrer tous ces éléments au scénario sans qu’ils soient plaqués sur l’histoire, mais contribuent à faire monter la tension. La scène finale est un modèle du genre en la matière. Même si nous avons toutes les cartes en main, impossible de savoir quel est le plan concocté par Sonia pour porter l’estocade finale. L’effet de surprise est à la hauteur de la violence de la situation. Pari gagné sur toute la ligne pour le réalisateur.

sur le web

A l’origine, Kleber Mendonça Filho voulait faire un film sur le goût de conserver des objets ainsi que sur la divergence entre les documents et les souvenirs. « Il m’a semblé intéressant d’avoir comme protagonistes une personne et un immeuble ayant tous les deux à peu près le même âge et se trouvant d’une certaine manière menacés« , confie-t-il, en expliquant également qu’ Aquarius est né d’une série d’événements, dont un assez banal, à savoir un flot d’appels publicitaires reçus chez lui : « Cartes de crédit, mutuelles, abonnements télé ou presse. Je l’ai ressenti comme une attaque du marché, pour forcer les gens à acheter ce qu’ils ne désirent pas. »

Dans son film précédent, Les Bruits de récife, Kleber Mendonça Filho s’attachait déjà à la construction d’un microcosme complexe, avec les différentes relations d’affect et de pouvoir qui l’habitent. Le réalisateur note : « Je pense qu’on ne peut pas représenter la vie et les actions quotidiennes sans mettre en lumière leurs contradictions, qui peuvent être intéressantes, drolatiques ou sinistres. En fait, dans l’écriture de mes films, il m’est difficile d’ignorer ces aspects de la société, et notamment de la société brésilienne. Aussi, ai-je toujours été frappé par les contradictions idéologiques des Brésiliens issus des classes sociales aisées : ils peuvent avoir une posture aristocratique et en même temps soutenir l’abolitionnisme et des valeurs de gauche… En somme, mon défi est de chercher à représenter cette société dans sa complexité. »

Aquarius possède quelques éléments du cinéma fantastique, notamment via des scènes qui suggèrent un fort sentiment de peur (une peur mystérieuse). Kleber Mendonça Filho voit son film comme appartenant au « siege movie » (films autour d’un état de siège). Le cinéaste développe cette idée : « Le bâtiment est constamment violé et l’appartement, la partie plus intime de cet univers, subit des menaces. Les fenêtres ouvertes dégagent aussi ce sentiment-là, car il s’agit d’un élément classique à mes yeux, celui de l’extérieur/intérieur. Et il y aussi le fait malheureux qu’au Brésil les fenêtres ouvertes nous rappellent cette pratique sociale établie qui consiste à mettre des clôtures sur toutes les fenêtres, à n’importe quel étage, pour éviter toutes sortes d’effractions. Je pense donc que tous les éléments du film sont ordinaires, courants, mais il y a sans doute quelque chose dans le cadrage et dans le découpage qui renforce ce ton fantastique apparent. »

Le titre du film est le nom de l’immeuble, renforçant ainsi l’idée que le lieu de l’action est le point d’ancrage du récit. Kleber Mendonça Filho voit l’immeuble comme un personnage et son défi était de le présenter subtilement, comme ayant une certaine dignité : un immeuble un peu plus ancien, mais déjà condamné.  Le cinéaste poursuit : « Il était important qu’il n’ait pas l’air décadent ou précaire, c’est-à-dire qu’il soit un accusé innocent, et que ce soit clair dans le film que ses problèmes venaient du dehors et non pas de l’intérieur, de sa structure. Aussi, dans une sorte de jeu avec le spectateur, fallait-il montrer l’appartement de Clara d’une façon suffisamment précise pour qu’en voyant le film on soit capable de dessiner le plan de l’appartement sur un bout de papier, l’utilisation d’un vrai appartement pour le tournage m’a beaucoup fait réfléchir à l’espace lui-même et à ses contraintes. Car les besoins d’un film, comme les angles de prise de vue et l’emploi des fenêtres et des portes, ouvrent une série de difficultés concrètes qui nous révèle des idées nouvelles sur l’espace réel et sur l’espace cinématographique. »

Sonia Braga campe Clara. Durant l’écriture, Kleber Mendonça Filho n’avait pas l’actrice en tête mais envisageait de découvrir une femme inconnue qui puisse jouer ce personnage. C’est au moment où il allait se lancer dans la production que le co-directeur de la photographie Pedro Sotero lui a suggéré Sonia Braga. « Alors Marcelo Caetano, notre directeur de casting, a envoyé le scénario à Sonia aux États-Unis. Elle a répondu sous 48 heures en signalant qu’elle voulait faire le film. Je suis allé à New York faire sa connaissance, et je l’ai adorée. L’une des plus belles choses dans tout ça, c’est que Sonia faisait déjà partie de ma vie, comme c’est souvent le cas avec les grands artistes, et elle est devenue une collaboratrice, puis une amie aussi« , se souvient le metteur en scène.


Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h30 précises.

N’oubliez pas la règle d’or de CSF aux débats :
La parole est à vous !

Entrée : 7,50 € (non adhérents), 5 € (adhérents CSF et toute personne bénéficiant d’une réduction au Mercury).

Adhésion : 20 €. Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, ainsi qu’à toutes les séances du Mercury (hors CSF) et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier.
Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club ici

Partager sur :