Un soupçon d’amour/Les gens d’en-bas


 


Samedi 19 Septembre 2020 à 20h

Cinéma Mercury – 16 place Garibaldi – Nice

Film de Paul Vecchiali – France – 2020 – 1h32

INFORMATION DE DERNIÈRE MINUTE

Paul Vecchiali sera également présent le lendemain, le dimanche 20 septembre et nous réserve une projection en première mondiale de son film Les gens d’en bas (France, 2010, 1h43).
Ce film fait partie d’un ensemble de 5 films entièrement tournés dans la maison du réalisateur, « La villa Mayerling  » (en hommage bien sûr à Danielle Darieux) et ses environs immédiats. La maison est en réalité le personnage principal de cette pentalogie. Elle permet à toutes les intrigues de se déployer et donne à Vecchiali l’occasion de croquer  une grande variété de personnages dans une sorte de thriller qui ne dit pas son nom, même si chaque volets la « série « est entièrement autonome. À découvrir absolument dimanche 20 septembre à 14h.
Pour ceux qui ne pourront pas assister à la séance d’Un Soupçon d’Amour  le samedi soir, faute de place,  Paul Vecchiali a accepté d’animer une séance supplémentaire le dimanche 20 à 17h.
Dans tous les cas, réservation fortement conseillée directement auprès du Mercury: 04 93 55 37 81

Notre article

par Josiane Scoleri

Le dernier film de Paul Vecchiali commence par une répétition d’Andromaque au théâtre. Et comme toujours chez Vecchiali, mieux vaut prêter  attention au texte. Après le premier extrait où, hautaine et enfermée dans sa douleur face à Pyrrhus, Andromaque/Geneviève Garland s’apprête à aller voir son fils, l’actrice craque et fond en larmes sur « Rendre un fils à sa mère ». Tout le drame d’ Un soupçon d’amour est contenu dans cette ouverture, mais nous ne le savons pas encore. Le film est  une plongée dans l’univers intime de Geneviève, actrice de théâtre réputée qui se sent dans une impasse et se débat pour en sortir. Mais l’impasse n’est pas celle de la carrière comme tout semble porter à le croire dans un premier temps. Et Vecchiali, avec ce don du scénario et de la mise en scène dosés au milligramme, va instiller petit à petit des indices, des allusions, des détails apparemment infimes qui nous amènent à prendre conscience du véritable drame.

Ainsi dans la première scène où Geneviève et André se retrouvent chez eux, Geneviève s’apprête à aller dire bonne nuit à leur fils Jérôme et André lui dit « S’il te plaît, ne dors pas avec Jérôme ». On comprend qu’elle est coutumière du fait. Or, lorsque nous découvrons Jérôme dans sa chambre, c’est un garçon d’une douzaine d’années. Il n’est plus à l’âge où une mère peut occasionnellement dormir avec son fils…Même si leurs échanges sont d’une grande intensité… Vecchiali mène ainsi de front les deux univers de Geneviève, le monde du spectacle, ce qui lui permet d’introduire le personnage d’Isabelle, pressentie pour reprendre le rôle d’Andromaque, et  le domaine privé où sa relation de couple bât de l’aile et son amour pour son fils phagocyte tout l’espace.

Autre habileté de la mise en scène, les scènes où apparaît Jérôme, sont toujours des tête-à-tête avec sa mère, et ce n’est pas un détail, on s’en rendra compte au fur et à mesure que le film progresse. Le jeune acteur, Ferdinand Leclère est d’ailleurs formidable, avec des lignes de dialogue très écrites (nous pouvons faire confiance à Vecchiali sur ce point) et qui sonnent néanmoins totalement juste dans la bouche d’un enfant de cet âge. Nous naviguons ainsi entre côté cour et côté jardin jusqu’à cette scène explosive où Isabelle en guêpière, bas résille et haut de forme, chante et danse, entraînant Geneviève dans la ronde (en rouge passion pour une fois, loin des bleus sages et distingués qu’elle affectionne). C’est une scène étonnante où les deux femmes sont en même temps rivales et complices, avec des mots et une gestuelle des plus explicites où il est question de sexualité et d’infini désir, mais qui se termine sur « se confronter à la réalité ». On sait que dans l’univers filmique du réalisateur, les chansons ne sont pas une simple ponctuation, qui viendrait trouer le récit, mais qu’au contraire, elles sont indissociablement liées à l’intrigue et à la tension du montage. Nous en avons encore ici un magnifique exemple. Vecchiali prend son temps dans cette scène qui dure en tout plus de 8 minutes. Il croque au passage les tics du show-biz (« il n’y en a que pour les stars » se lamente le metteur en scène), le rôle de la critique (Le Monde, Libé et les Inrocks, cités explicitement), les intrigues de basse-cour ( « intriguer, ça veut dire coucher »), et bien sûr, le nerf de la guerre, l’argent où Vecchiali lui-même, en producteur de spectacles,  traverse l’écran et danse avec Isabelle, collé-collé.

On comprend face à tout ça qu’André, mari de l’une et amant de l’autre, finisse par craquer et lance un « Stop » tonitruant. C’est le point de bascule du film.  Mais une bascule douce, dont on ne se rend pas compte tout de suite. En apparence, Geneviève continue à s’occuper de Jérôme, André continue à la tromper avec Isabelle (plus hollywoodienne que jamais dans son lit monumental et ses déshabillés en satin rouge), mais Geneviève n’est déjà plus là.

Dans la deuxième partie du film, elle plaque effectivement Paris, son travail de comédienne, son mari, pour se retrouver quelque part dans le Midi, avec son fils qui tousse de plus en plus. À partir de là, le jeu de Marianne Basler monte en intensité dans un crescendo sans faille. Toute à son fils, elle vibre comme la feuille au moindre souffle de vent. Elle est revenue dans son village natal où elle retrouve de vieilles connaissances. Et l’espace et le temps se brouillent de plus en plus entre souvenirs et mémoire, amour de jeunesse et rendez-vous ratés qui sont autant de petits cailloux blancs savamment agencés pour notre gouverne par  Vecchiali/Petit Poucet. Geneviève est constamment sur le qui-vive, au bord des larmes, essayant de faire bonne figure face à son fils, ce qui nous vaut de très jolies scènes (« Maman, tu joues trop à l’ancienne ! » « Mais enfin, maman, les hommes, c‘est des femmes aussi ! » ) dans des camaïeux de bleu  qui se détachent sur fond de végétation. On ne parle pas assez de la composition des plans dans le cinéma de Vecchiali, comme par exemple le plan sur la magnifique grille art-déco du cimetière qui dit tout l’enfermement de Geneviève dans son propre passé. Pendant toute cette partie du film, deux  plans seulement font retour sur André, seul dans son appartement, dans le noir par temps d’orage, mais c’est là toute l’habileté du montage, ces deux plans sont entrecoupés d’un plan  de moins de 10 secondes sur Jérôme souriant en train de cueillir des fleurs. C’est la première fois, après plus d’une heure de film que le fils apparaît dans le monde du père. Un autre petit cailloux blanc…

Et n’oublions surtout pas en chemin que le film est dédié à Douglas Sirk. En plus des tenues d’Isabelle, la bande son joue à plusieurs reprises avec cet univers. Par exemple lorsque Geneviève arrive affolée du village, craignant que son fils ne soit mort. La musique est alors au comble du mélo et l’absence de dialogue a quelque chose d’assourdissant.  Ne dit-on pas de l’angoisse qu’elle est sourde. Mais les violons et les cymbales s’arrêtent net dès que Jérôme se réveille. C’est d’une efficacité et d’une élégance rares pour nous forcer à entrevoir le manque de continuité, malgré la fluidité des images. Vecchiali joue de ces ruptures avec l’image aussi, lorsque Geneviève renvoie Jérôme à l’intérieur et revient accueillir Isabelle avec un manteau passé sur sa robe. L’a-t-elle mis en ressortant ou bien sommes-nous dans un autre temps ? La longue tirade de Geneviève avant qu’elle se décide à entrer dans la maison nous montre à quel point son esprit vacille jusqu’à la scène finale où elle retrouve André qui essaie, sans doute pour la enième fois, de la faire sortir de ce long déni de réalité. Mais au moment où Jérôme répond à l’appel de sa mère, c’est André stupéfait qui entend la voix de l’enfant, prêt à entrer dans le délire de sa femme. La même musique à suspens retentit. Le film semble s’arrêter là, mais le tout dernier plan est celui de Geneviève courant vers son fils dans le jardin.  Consciente enfin qu’il est mort ?  Ce serait le véritable happy end. Qui sait ?

Sur le web

UN SOUPÇON D’AMOUR

Geneviève Garland, une célèbre comédienne, répète « Andromaque » de Racine, avec pour partenaire, son mari André. Elle ressent un malaise profond à interpréter ce personnage et cède son rôle à son amie Isabelle qui est aussi la maîtresse de son époux. Geneviève s’en va avec son fils malade dans son village natal. Elle semble fuir certaines réalités difficiles à admettre.

Commençant dans le cinéma par des stages d’assistant dans les années 1950, Paul Vecchiali réalise son premier long métrage, Les Petits drames, en 1961. A la fois nostalgique des années 1930, et emblématique de la nouvelle vague française, le metteur en scène a pour habitude de dérouter le grand public. Après avoir réalisé plus de 30 films dont Rosa la rose, fille publique ou À vot’bon coeur, Paul Vecchiali sort son dernier film, Un soupçon d’amour, à 90 ans passés.

Un soupçon d’amour commence par une répétition d’Andromaque, grande pièce du théâtre classique. Au-delà du sujet de la pièce en écho au drame personnel vécu par Geneviève, la langue de Racine se retrouve en pointillé dans le film. On y retrouve ainsi plusieurs clins d’oeil, comme lorsque le personnage d’Isabelle dit à différents moments « Andromaque agonise« , « Andromaque se meurt« , « Andromaque expire« . Paul Vecchiali précise : « Ma sœur, Sonia Saviange, dans Femmes Femmes, avait fait une improvisation sur une scène d’Andromaque. Elle aussi avait perdu son enfant, un fils qui n’a vécu que six heures. Ce fut le point de départ. Mais aussi la situation d’Andromaque, dans la pièce, qui craint pour son fils et que Geneviève assimile à la sienne. Il est vrai que j’aime le « texte ». C’est mal vu de nos jours. On fait aussi allusion à La mégère apprivoisée dont Geneviève et André joueraient dans la vie une sorte de parodie. »

«LA DOULEUR QUI SE TAIT N’EN EST QUE PLUS FUNESTE» (Andromaque, III, 3)

Paul Vecchiali explique qu’il y a trois films dans sa filmographie qu’il n’aurait pas pu ne pas faire : L’Etrangleur, Corps à cœur et En haut des marches. Il confie: « J’ai perdu ma compagne et ma fille en 1955, je porte toujours ce deuil-là. Le temps amenuise la douleur mais les morts sont toujours en moi… La mort de ma mère m’a été épouvantable. C’est le plus beau personnage que j’aie rencontré de ma vie… Je lui dois tout. J’étais sous la douche ce jour-là, il était 11h30, je me suis mis à hurler et à pleurer sans savoir pourquoi. Une heure après, ma soeur m’a annoncé que ma mère était morte. Je ne crois à rien, mais je pense que les ondes existent. Il m’est aussi arrivé de sentir en dormant un personnage s’asseyant sur mon lit pour me demander de le faire exister ». Il ajoute: « Il y avait plus de 60 ans que je cherchais à me libérer de ce deuil. J’ai écrit un roman dont le titre était le nom que nous avions choisi pour la fille à venir : « Marie-Christine ». Elle vivait avec moi au fil des années. Le film restait à faire. Le métier m’a écarté de ce projet. Et j’ignorais comment l’aborder. Brusquement, je compris que ce qui me gênait, c’était de voir un comédien jouer mon rôle. J’ai aussitôt pensé qu’avec une femme je pourrai me détacher du contexte. A partir de ce postulat, tout est allé très vite : l’écriture du scénario, le casting, la préparation, le tournage »…Interrogé sur la place d’Un soupçon d’amour dans sa filmographie, il déclare : « C’est le film le plus important. Parce que j’ai mis des années avant de pouvoir le faire, parce que c’est là où j’ai le plus de choses à dire aussi. Ce qu’il y a dans ce film, c’est mon état depuis plus de soixante ans. J’ai toujours voulu raconter cette histoire, mais je cherchais un acteur pour jouer mon rôle, et je ne le trouvais pas. Puis j’ai eu l’idée de reporter le rôle sur une femme et de le proposer à Marianne Basler. À partir de là, en trois jours, le scénario était écrit. Mais mon film le plus abouti reste Once more ».

«On n’arrête pas Paul Vecchiali. Nonagénaire depuis peu, le natif d’Ajaccio entame avec Un soupçon d’amour, dont il signe également le scénario et la production, la sixième décennie de sa (prolifique) carrière de réalisateur. Où il retrouve sa comédienne fétiche Marianne Basler (nomination au César du meilleur espoir féminin en 1985 pour son rôle dans Rosa la rose, fille publique), le film marquant à ce jour leur sixième collaboration. Cinéaste de l’amour sous toutes ses formes, Vecchiali convoque le thème maintes fois abordé, autant au cinéma qu’au théâtre, du triangle amoureux. L’intérêt de sa dialectique est ici davantage à trouver dans l’apparente complicité des deux femmes «antagonistes» (au sens commun du terme) qui, bien qu’elles convoitent le même homme, partagent de véritables scènes de communion. Celle de la danse incarne parfaitement cette dissonance : si elles partagent toutes deux le devant de la scène (littéralement), leur rapport contrasté à la féminité, par la simple couleur de leur robe (noire pour l’une, rouge pour l’autre) saute aux yeux.

Le film, dédié à Douglas Sirk (Le Temps d’aimer et le temps de mourir, Tout ce que le ciel permet, Écrit sur du vent), reprend ainsi les codes du cinéaste américain, autant dans son esthétique (les couleurs chaudes sur les vêtements des protagonistes) que dans sa structure narrative, par le contraste entre un personnage tragique, à savoir Geneviève, et un autre au contraire stable émotionnellement, voire cynique dans le cas d’Isabelle. En arrière-plan de cette joute passionnelle, Un soupçon d’amour nous parle de résilience, de reconstruction après un drame intime et la manière dont celui-ci bouleverse les liens affectifs. Le film mériterait d’ailleurs un second visionnage à l’aune de cette trame, qui ne nous est révélée qu’à la dernière scène et qui donne finalement au long-métrage un sens plus subtil et profond qu’il n’y paraissait. Le lien avec l’Andromaque de Racine, qui traite conjointement d’amours impossibles et du poids des morts dans l’existence des vivants, devient alors limpide.

On sait Paul Vecchiali fervent opposant au cinéma naturaliste, très en vogue depuis le début du siècle – il suffit d’écouter le phrasé très théâtral, parfois jusqu’à l’apprêté, de ses acteurs pour s’en convaincre. En parallèle, sa caméra ne s’autorise que quelques mouvements, comme ce léger travelling avant qui, du salon de la maison, rejoint Geneviève et André sur la terrasse ensoleillée, alors que la femme annonce son désir d’abandonner son rôle dans Andromaque et de retourner dans son village natal : juste assez pour signifier que le film est avant tout celui d’une fuite en avant (en arrière ?). Il ne s’agit pas là d’un objet cinématographique qui se laisse manipuler avec aisance : son montage sec et son écriture ténue laisseront bon nombre de spectateurs sur le côté, et il faut l’immense talent de Marianne Basler pour transmettre la véritable charge tragique que porte le film. Celui-ci ne cherche pas non plus à se montrer aimable ; d’ailleurs, Vecchiali n’a jamais eu le même succès public que d’autres réalisateurs de sa génération, son compère Jacques Demy en tête, ni le succès critique d’un Godard. Longtemps, il aura même peiné à faire sortir ses films en salles. Ainsi éloigné de toute préoccupation commerciale ou festivalière, sa volonté première est d’interpeller, à l’aide de stratagèmes toujours plus épurés, les curieux qui veulent partager avec lui, le temps d’une œuvre, ses intuitions et son goût de la diversion. Le cinéaste prend plaisir à multiplier les références à des genres cinématographiques : la comédie musicale, le drame, la comédie sont ainsi convoqués au détour d’une scène, d’un plan. On sent, malgré une austérité de façade, un certain goût pour la liberté, pour le décalage permanent et le changement de ton qui viendraient exprimer une envie encore inassouvie de cinéaste. On peut ne pas s’y montrer sensible mais force est de constater qu’à 90 ans passés, cette flamme créatrice qui anime toujours Paul Vecchiali impose le respect.» (lebleudumiroir.fr)

«C’est mon film le plus important déclare Paul Vecchiali, 90 ans, qui sort Un soupçon d’amour, avec la sublime Marianne Basler. Considéré comme un des plus grands cinéastes français, Paul Vecchiali s’est forgé une carrière immense dans les contre-allées des systèmes de production. On lui doit les magnifiques Rosa la rose, fille publique (1985) et Once More (1988), parmi tant d’autres films, aujourd’hui Paul Vecchiali est considéré comme un des plus grands cinéastes français. En 2014, le magazine Les Inrockuptibles classait même ses films Femmes, femmes (1974) et Corps à coeur (1978) parmi les cent plus beaux de l’histoire du cinéma hexagonal, respectivement à la 28e et 99e place. Avec presque un film par an depuis son retour au cinéma en 2003, ce vétéran continue une carrière qu’il maintient libre et indépendant, se produisant lui-même avec sa société Dialectik. Un soupçon d’amour est son 30e long-métrage. Marianne Basler y incarne une comédienne célèbre quittant plateau et mari pour se poser avec son fils dans son village natal. À 90 ans, le cinéaste prouve à nouveau toute la vitalité de son cinéma profondément sentimental.» (francetvinfo.fr)


LES GENS D’EN-BAS

Depuis son installation à Plan de la Tour, en Provence, il y a quelques années, Paul Vecchiali tourne une série de films qui ont pour cadre une maison, la villa Mayerling. Celle-ci devient un véritable personnage. Ésotérisme et intrigues baignent le film autour du personnage d’Alain, un saisonnier légèrement ombrageux.

« Tourné dans le Var durant l’été 2009 et dédié à Marcel Pagnol, un autre franc-tireur incontournable dont Vecchiali venait de monter sur scène une adaptation théâtrale de La fille du puisatier, ce film est le quatrième volet d’une pentalogie (Humeurs et Rumeurs, … Et tremble d’être heureux, Être ou ne pas être, Les Gens d’en bas, Retour à Mayerling.Le personnage central de la série est une maison : la villa Mayerling, située à Plan sur la Tour, non loin de Saint-Tropez.
Chacun des cinq films a son caractère propre et peut être vu séparément. Les allusions, au détour d’un dialogue, à des événements survenus dans un des autres volets créent ce que Vecchiali appelle lui-même des trous d’airs. Ils contribuent à installer un climat légèrement ésotérique et mystérieux. Car si les ressorts dramatiques sont bien marqués et les dialogues souvent très explicites (la mariée tombe amoureuse d’un autre homme le jour de ses noces et déclare sans plus de manières : Je me suis trompée), bien des choses restent dans l’ombre sous le soleil aveuglant de l’été provençal, à commencer par le rôle plus qu’ambigu que joue le personnage malicieusement incarné par le cinéaste lui-même, vieux monsieur affable et manipulateur dont on se rend compte peu à peu qu’il tire tous les fils de l’intrigue.
Le langage filmique de Vecchiali, qui depuis son retour au cinéma avec A vot’ bon cœur en 2003, travaille vraiment avec des bouts de ficelles, est d’une audace tranquille et d’une franchise réjouissante. Convaincu que l’hétérogénéité est toujours stimulante et productive, il ne craint pas le mélange des genres (mélodrame, film noir, comédie musicale), ni la confrontation d’acteurs, professionnels ou amateurs, qui ont chacun leur manière bien à eux de jouer la comédie.Tous sont étonnants et parviennent à faire exister une figure singulière au caractère affirmé. Les monologues de Serge Feuillard en Lester Hayes, vieil américain atteint d’alzheimer, sont particulièrement irrésistibles. Mais la prestation du débutant Julien Lucq en mari cocu devenant tueur à gage, ou l’arrivée inattendue, à un quart d’heure de la fin, de la grande Hélène Surgère, familière de l’univers du cinéaste depuis Les ruses du diable (1965), ne sont pas moins savoureuses.
N’ayant plus rien à prouver, Vecchiali choisit toujours la solution de mise en scène la plus franche et la plus radicale. C’est parfois abrupt (les scènes d’exposition, enchaînement de blocs autonomes que le montage ne cherche pas à lier) mais toujours vivifiant. Souvent très drôle (les cueilleuses de raisin qui chantent horriblement faux le choeur des magnanarelles de la Mireille de Gounod), intrigant, émouvant, habité d’une poésie simple et totalement dénuée d’emphase (la lune, soudain, ou le chant assourdissant des cigales), Les gens d’en bas permettent de se délecter d’un art qui ne s’encombre pas de fioritures.
A Quatre vingts ans, Paul Vecchiali est indiscutablement un des plus passionnants parmi les jeunes cinéastes français. Il n’a pas fini de nous surprendre. » (avoir-alire.com)


Présentation du film et animation du débat avec le public : Josiane Scoleri.

Merci de continuer à arriver suffisamment à l’avance pour être dans votre fauteuil à 20h30 précises.

Entrée : 8 € (non adhérents), 5,50 € (adhérents). Adhésion : 20 € (5 € pour les étudiants) . Donne droit au tarif réduit à toutes les manifestations de CSF, et à l’accès (gratuit) au CinémAtelier et à l’atelier Super 8. Toutes les informations sur le fonctionnement de votre ciné-club ici


 

Partager sur :